A travers nos caméras

A travers nos caméras

Point de vue de Juliette

   En cliquant sur l'icône Skype mon visage se décompose, il a appelé il y a trois minutes, ça veut dire que je l'ai raté . Je sais très bien qu'il ne rappellera pas, on en avait convenu, tous les soirs à vingt et une heure on s’appelle (sauf le week-end où on s’appelle tôt le matin) , pas une minute de plus ni une de moins, disons que c'est assez difficile de continuer à s'aimer avec une si longue distance entre nous deux. Nous nous observons chaque soir par cette petite caméra placée sur notre ordinateur respectif. Oui, nous sommes un couple à milles kilomètres l'un de l'autre, c'est assez bizarre pour certaines personnes. Moi, Juliette, dix-sept ans, amoureuse de Mathieu à plus de milles kilomètres de moi. Si on m'avait dit ça il y a deux ans, je crois que j'aurais rigolé au nez de cette personne, sincèrement, et pourtant c'est le cas. Des bruits de pas dans le couloir me font me retourner sur moi-même pour fixer la porte de ma chambre. Ma mère l'ouvre alors en me fixant.

-Tu l'as raté ? me dit-elle.

-Oui, à trois petites minutes.

-Je suis désolée, ne t’inquiète pas, tu le verras demain.

-Ah oui, lui il n'a jamais raté un seul rendez- vous pourtant, je lui réponds.

-C'est comme ça, tu t'excuseras demain.

-Oui, si je le rate pas encore.

-Mais non, bon repose- toi, vas te coucher ça te fera du bien. Bonne nuit ma puce.

Ma mère se retourne alors et ressort de ma chambre. Facile à dire quand on le connaît pas, il va peut-être se vexer... J'essayerai de me rattraper demain. J'attrape alors mon livre de chevet « Eleanor and Park ». Etrangement, je trouve que cette histoire à des liens étroits avec ma vie, j'ai comme l’héroïne un beau- père (sauf que le mien est très gentil) et trois frères et sœurs, Lily la plus jeune, Tom qui a douze ans et qui rentre à peine au collège et Inès âgée de quatorze ans. Je ramasse une brosse à cheveux pour dompter ma chevelure rousse qui est plus souvent en bataille que lisse. Malheureusement, si je passe trop ma brosse, mes boucles se lâchent pour laisser place à une broussaille absolument pas harmonieuse. Après avoir suffisamment avancé dans mon livre pour me que mes paupières commencent à se fermer toute seules, je me couche et ferme mes yeux pour laisser place au sommeil qui s'installe.

 

    Lorsque mon réveil sonne, je n'attends pas une seconde pour me lever, c'est tout de même le jour de la rentrée je ne peux pas me permettre d'arriver en retard. Je m'approche de mon placard à vêtements pour en sortir une chemise à carreaux rouge et noire et un pantalon noir. Je referme patiemment mon armoire car elle a du mal à coulisser. En arrivant de le couloir, je découvre ma sœur par terre.

-Mais qu'est -ce que tu fais ? Dépêche- toi, c'est le jour de la rentrée, je te rappelle que je prends le bus avec toi, tu vas me mettre en retard, lui dis-je calmement.

-Alors, Tom est dans la salle de bain, il dit que c'est le jour le plus important de sa vie, et qu'il ne peut pas passer dernier, ensuite Lily est dans la salle de bain en bas, elle essaye de faire nager le chien. Voilà !

-Le chien ? Non mais ça va pas ou quoi, Inès tu pouvais pas lui dire non !

-Non, elle est persuadée qu' il peut nager.

Je souffle et je descends en trombe l'escalier par peur d'être en retard au lycée. A mon arrivée le couloir est littéralement inondé, l'eau caresse mes orteils et mes chevilles.

-Mais qu'est ce que tu fais ? Dis-je à Lily.

-Je fais nager le chien ! dit-elle fièrement.

-Non ! maintenant tu sors de la salle de bain ! La nounou va bientôt arriver, tu sais très bien comment elle est... Tu veux être punie ?

Elle crie dans le couloir avec le chien dans les bras. Génial ! Je vais devoir évacuer l'eau de la salle de bain, il ne manquait plus que ça. Après cela, je file à la douche et pendant que je me lave tranquillement les cheveux Inès crie mon nom du haut des escaliers.

-Quoi ? Je la questionne.

-Il te reste deux minutes dépêche -toi !

Oh non, il ne manquait plus que ça ! J’essuie rapidement ma chevelure de renard et m'habille à une seule main en répondant en même temps au téléphone à mon amie Mathilde. Je sors rapidement en prenant les clés de la maison, ma sœur et Mathilde sont déjà dans le bus et m'attendent. Je monte, et m'assois à côté de Mathilde.

-Prête ? Me demande t-elle.

-Oui toujours. Tu penses qu'on sera ensemble ?

-Je ne sais pas... Tu sais Mathieu serait ravi de te voir aussi jolie.

-Je l’espère.

Nous arrivons au lycée où Camille nous attend. En s'approchant du panneau, nous cherchons toutes nos noms. Moi je dois chercher la lettre M, tandis que Mathilde et Camille doivent chercher la lettre C.  Je me trouve enfin en Terminale S1, alors que Camille et Mathilde sont ensembles en Terminale S4. Les quatres heures de cours défilent sans que je me rende compte de rien, je ne connais personne.  Même pas mes professeurs. Et lorsque arrive enfin midi, je rejoins le bus en courant. Ma mère est déjà là avec Inès.

-Alors ta journée ? Me questionne ma mère.

-Super ! Je lui réponds d 'un ton faussement enthousiaste.

-Ah bon ?

-Non, je n'ai personne dans ma classe, et je ne connais aucun de mes professeurs. C'est génial non ?

-T’inquiète pas. Ça va aller.

Je prends alors le sandwich que ma mère m'a préparé et je monte dans ma chambre pour pouvoir le déguster. Je m'allonge sur mon lit calmement et après avoir mangé une dernière bouchée je m’assoupis.

Point de vue de Mathieu

Il est vingt et une heure moins deux minutes, c'est à elle de m'appeler car hier c'était moi, même si elle n'a pas répondu. Je ne lui en veux pas car je sais qu'elle est souvent très occupée entre sa sœur Lily et son petit frère qu'elle doit aider pour le travail. Je reçois enfin son appel je décroche et elle est là devant moi.

-Salut, je suis désolée pour hier, me dit -elle rapidement.

-Ne t’inquiète pas, je sais que tu es très débordée et de toute façon on peut se parler tous les soirs. Au fait, comment s'est passé ta rentrée ?

-Bien, enfin... Je suis avec aucune de mes amies mais bon tant pis. Et toi ?

-J'ai retrouvé Mathis, donc je suis assez content. Tu sais tu me manques beaucoup j'ai envie d'être avec toi...

-Moi aussi, plus qu'un an à attendre et on se retrouvera, mes parents m'ont dit qu'il n'y avait pas de problème que je pouvais te rejoindre.

-T’inquiète pas. Au fait quoi de nouveau ? me dit-elle.

-J'ai eu un scooter pour mon anniversaire, un bleu Vespa. Il est magnifique, on ira faire des balades tous les deux, comme avant ne t’inquiète pas.

-Oh j'ai tellement hâte ! Je nous imagine déjà, tous les deux comme avant.

-Oui, je vais devoir te laisser je suis désolé ma mère m’appelle pour manger, lui dis-je.

-Mince, tu ne lui as pas dit que tu me parlais ?

-Non... mais c'est que... ce soir c'est l'anniversaire de mon père.

-Ah, d'accord. Dit-elle déçue.

-Bisous, je t'aime.

-Je t'aime, me répond- t-elle.

J’éteins le premier car ma mère m'a déjà rappelé.

-J'arrive !

Le problème c'est que ma mère ne sait rien de mon histoire avec Juliette, elle est veuve depuis deux ans, depuis que je me suis mis en couple avec elle. Comment dire à sa mère que l'on sort avec la fille du meilleur ami de mon père décédé. Ma mère a caché son décès à cause de sa tristesse et c'est pour ça que j'ai déménagé loin de Juliette. C'est assez difficile, Juliette, elle, dans l'histoire, ne sait pas que je n'ai jamais rien dit à ma mère. 

-Avec qui tu parlais ?

-Avec Mathis, tu sais... Jeux vidéo quoi, je lui réponds.

-Ah, d'accord. Ce soir je sors avec mes amies, tu veux que je commande des pizzas ? demande-t- elle.

-Oui pas de problème.

Voilà le problème de ma mère, tous les soirs c'est la même chose.

Les pizzas sonnent enfin à la porte et je vais les chercher. Après les avoir dégustées je commence enfin à faire le devoir que mon prof de français m'a donné : Raconter ma vie en quelques lignes.

 

 

« Je m’appelle Mathieu, j'ai seize ans et j'ai sauté une classe car je suis surdoué. Et mon frère est décédé à la naissance. Ma mère est alcoolique, mais comme tous les alcooliques il ne faut pas lui en parler. Je déteste ma vie, car je n'ai personne, sauf, Juliette. Elle je l'aime. Malheureusement elle est loin, trop loin. »


Voilà, j'ai fini cette fameuse rédaction, il faut avouer qu'elle reflète très bien ma vie.  Je me jette alors sur le matelas qui me fait office de lit, et je m'endors.

 

 

 

    Je me réveille et file à la douche en prenant mon nouveau tee-shirt avec soin. Ça me fait le troisième au moins. Ma mère n'est pas là, comme d'habitude.  Comme chaque matin après avoir déjeuner, je vais à pieds au lycée. En arrivant, Mathis n'est toujours pas là, je vais donc à mon premier cours de la journée qui est le cours Français.

-Bonjour, alors ces rédactions ? Vous les avez ? Ceux qui les ont, levez la main ! nous dit le professeur.

Je lève alors la main et le professeur vient chercher le papier que j'avais dans les mains il y a quelques instants.

-J'ai ramassé cinq rédactions sur une classe de vingt élèves, vous vous rendez compte ? Bon, je vais à présent les lire à voix haute dit -il.

Les lire à voix haute ? Non, il nous avait pas dit ça ! C'est hors de question qu'il lise ma rédaction !

-Non, je crie alors.

-Non ? Me répond -t-il.

-Je ne veux pas que vous la lisiez !

-Alors comme ça on fait le malin ? Vous viendrez me voir à la fin du cours .

Plus un bruit dans la salle. Puis le professeur lit toutes les rédactions sauf la mienne. Lorsque la sonnerie retentit, tous les élèves sortent de la salle moi compris, au risque de me faire sanctionner. En fin de journée, je rentre et je vais sur mon ordinateur, j'ai deux messages de Juliette.

« Coucou, je n'ai pas cours de la journée en raison d'une grève. »

« Bon, je suppose que ce n'est pas ton cas, appelle moi ! >>

Je l’appelle donc et elle répond dès la première sonnerie.

-Coucou !

-Salut, je réponds.

-Tu vas bien ?

-Oui sauf que mon professeur m'a interrogé en Français...

Je lui explique toute l'histoire en détails, sans lui dire que ma mère est en fait alcoolique.

-Et ben dis donc, tu en a des histoires tout de même, me dit elle avec une pointe de pitié.

-Ne t’inquiète pas je réglerai ça demain. Et je voulais te parler de quelque chose.

-Oui, qu'y a- t-il ?

-En fait ma mère... ne sait pas que nous sommes ensembles. Je lui cache , depuis... ben deux ans.

-Mathieu ! Tu cache à ta mère que nous sommes ensembles ? Tu as honte de moi ou quoi ?

-Non pas du tout, c'est que... Tu es la fille du meilleur ami de mon père décédé ! lui dis-je.

-Décédé ? Dis- moi que tu mens, il est mort ? Pourquoi tu ne me l'as pas dit, quand est- ce que c'est arrivé ?

-Il y a deux ans, on venait d'être ensemble et ensuite j'ai oublié de te le dire, je lui réponds.

-Tu m'as caché ça pendant deux ans ? Oublié j’espère que tu me fais une blague ! Quand je vais dire ça à mon père ! Je suis tellement déçue... Moi qui croyais hier que tu te vexerais juste pour un petit appel, pendant que toi tu me caches ça !

-Je suis désolé, lui dis-je calmement.

-D'autres révélations ?

-Non.

-Alors au revoir et à demain, me dit- elle.

-Ok, je t'aime.

-Bye ! Elle me dit alors avant d'éteindre la connexion.

Je regrette de lui avoir caché tous ça, mais c'était tout de même une partie que je voulais garder pour moi. Le téléphone sonne mais je ne décroche pas, c'est Mathis, je sais déjà qu'il va me proposer de venir chez lui demain jouer aux jeux vidéos mais je n'en ai pas envie, en réalité je n'ai plus envie de rien.


« Je m’appelle Mathieu, j'ai seize ans et j'ai sauté une classe car je suis surdoué. Mon père et mon frère sont décédés, l'un dans un accident de voiture et l'autre à la naissance. Ma mère est alcoolique mais comme tous les alcooliques il ne faut pas lui en parler. Je déteste ma vie, la seule personne que j'aimais me hait. »


Point de vue de Juliette

Je me réveille avec la lumière du jour, les rayons du soleil me chatouillent le visage. Mes yeux s'ouvrent petit à petit. Aujourd'hui c'est le week-end, je peux me reposer tranquille sans avoir à ne penser à rien. Mathieu m'a menti, et je ne le supporte pas, je ne comprends pas pourquoi il m'a caché une si grosse partie de sa vie. Je pensais qu'il avait confiance en moi, et qu'il m'aimait. Je me suis trompée sur lui, c'est une sensation bizarre de se sentir trahie, on a l'impression d'être seule et de s'être aussi trompée sur soi- même. En cliquant sur l'icône Skype mon visage se décompose, il a appelé il y a trois minutes, ça veut dire que je l'ai raté. Je sais très bien qu'il ne rappellera pas on en avait convenu, le week-end on s’appelle tôt le matin. Et finalement la sonnerie retentit, je décroche. L'image ne s'affiche pas mais je le salue tout de même.

-Salut, lui dis-je.

L'image s'affiche enfin, mais ce n'est pas Mathieu. Je reconnais le visage fin de Cindy, sa mère.

-Madame Waters ? Où est Mathieu ?

-Quel Mathieu ? me répond-t-elle.

-Votre fils ! Mais, vous êtes saoule ?

-Non pas du tout ! Mathieu ? Ah oui, mon fils ! Il est mort la nuit dernière, accident de voiture comme son père !

-Non, c'est pas vrai... Il est mort !?je m'exclame.

-Oui, dit-elle en pleurs.

Je quitte alors Skype sans une hésitation. Je ne veux pas entendre cette femme me raconter d'autres mauvaises nouvelles. Il est mort et il ne sait pas que je l'ai pardonné. Je m'en veux tellement de lui avoir dit « à demain », alors qu'il n'y avait pas de demain. Il est décédé dans un accident de voiture. Je ne saurai jamais s' il a voulu se suicider ou si ce n'était juste qu'un accident. Je l'aime, malgré ce qu'il m'a caché, malgré tous ses secrets et malgré le fait qu'il m'ait menti.

Et malgré tous les événements récents, j’espère que là où il est, il sait que je l'ai pardonné.

 



FIN