Chronique "La rose blanche" TOME 2






Prochaine chronique :

Auteur : Amy Ewing
Edition : Robert Laffon (collection R)
Prix :  17,90 EURO


LE JOYAU, HAUT LIEU ET CŒUR DE LA CITE SOLITAIRE, représente la vanité, la cruauté, la servitude.
Après que la Duchesse du Lac l'a surprise avec Ash, le compagnon qu'elle avait loué pour sa nièce, Violet n'a plus le choix : elle doit s'enfuir sous peine d'être exécuter.
Accompagnée de sa meilleure amie, Raven, et d’Ash Violet laisse donc derrière elle cette vie d'esclave. Mais personne n'a dit que sortir du Joyau serait une partie de plaisir : les régimentaires les traquent sans pitié à travers les anneaux de la Cité solitaire. Violet, pourtant, va découvrir que ses pouvoirs sont bien plus puissants qu'elle ne l'avait imaginé...



Ce tome 2 était encore meilleur que le premier ce qui est très rare ! Cela à été une agréable surprise de voir que Amy Ewing à aussi bien réussi ce deuxième volet de la saga "Le joyau" !
A peine ma lecture commencée qu'il y a déjà de l'action ! On commence sur les chapeau de roue et l'action nous tiens en haleine !
On retrouve aussitôt nos personnages :

Violet est encore plus surprenante que dans le premier tome, elle ressort de toutes c'est épreuves plus forte et encore plus impressionnante que dans le premier tome !
Ash lui reste fidèle à lui même... Parfait ! Gentil, agréable et toujours à l'écoute il se pli en quatre pour notre héroïne !
Raven je l'ai préféré dans ce second tome ! Elle "reprend vie" et joue un rôle très important dans ce second volet !

Les Augures sont encore plus exploités et j'ai trouvé cela très intéressant, la fin est juste abominable ! Elle éveille notre curiosité, et dire qu'il faut attendre encore un an pour avoir une suite !  

La plume de l'auteur est toujours très agréable à lire et nous transporte toujours autant !
La couverture est comme la première somptueuse !

Je n'ai pas grand chose à ajouter sur ce second tome car je ne vois aucun défauts ! Un coup de cœur comme pour le premier...


                                                                                                                                                                   

Ma chronique du premier tome ICI

Afficher l'image d'origine